Aidants au cœur du parcours de soin et du quotidien d’un proche atteint d’un cancer …. Stress et angoisse accentués depuis la Covid-19 @liguecontrelecancer #tousaidants

2 février 2021
 

 

Aux côtés d’une personne atteinte d’un cancer, il y a très souvent un proche aidant, qui apportera tout au long de la maladie et de son traitement soutien moral, physique, médical et économique.

En ce 4 février 2021, Journée Mondiale de lutte contre le cancer, et dans ce contexte si particulier de crise sanitaire, ce sont les AIDANTS, aux côtés de leurs proches atteints d’un cancer, que nous voulons mettre en lumière !

En effet que ce soit par amour, abnégation ou devoir, du jour où le diagnostic tombe, à celui de l’annonce d’une rémission ou d’une récidive, alors que le malade combat, l’aidant fait face pour sauvegarder tout ce qui peut l’être sans ménager ses ressources.

Il est là pour atténuer les angoisses, relativiser les symptômes, et rassurer pendant les protocoles et les traitements.

Selon une enquête IFOP pour la ligue contre le cancer, ce sont presque 4 Français sur 10 qui ont été aidants d’une personne atteinte du cancer au cours de ces 5 dernières années.  Ce chiffre va s’accentuer dans la prochaine décennie.

On ne choisit pas d’avoir un cancer comme on ne choisit pas d’être aidant ; Cela s’impose à nous. Alors du jour au lendemain nous voilà chef d’orchestre d’un quotidien à réinventer, bouleversé par la maladie, tout en assurant vie professionnelle et quotidien familial.

Quand Juliette, 49 ans, apprend qu’elle est atteinte d’une tumeur cérébrale maligne, c’est son mari Martin qui va coordonner les rendez-vous à l’hôpital, les prélèvements et les analyses chaque semaine avec l’infirmière du laboratoire, la planification des séances d’orthophonie pour lutter contre les pertes cognitives, le suivi des séances de radiothérapie et les prises à heure fixe des chimiothérapies …

C’est une organisation quasi militaire impliquant une rigueur implacable pour planifier et coordonner les différents intervenants, infirmiers, généralistes, oncologues, spécialistes, cancérologues, pharmaciens, orthophonistes, kinésithérapeutes, ergothérapeutes, psychologues, sans parler des démarches administratives qui souvent viennent alourdir la charge mentale et le stress des aidants …

Pour les aidants, comme Martin, il ne s’agit pas de faire une démonstration de force ou de courage…mais bien d’espérer considération et solutions pour que ce quotidien chamboulé ne soit pas la fin du projet de vie initial que lui et Juliette ont pu avoir …

Aux côtés du malade, considérer l’aidant, c’est proposer un nouveau projet de vie auquel aidant et aidé vont devoir se confronter et c’est tout l’environnement familial ainsi à qui l’on porte attention et solutions.

L’aidant est clé, en bon coordinateur, en bon soldat, en bon aimant, il est souvent le garant de la bonne application des traitements, du maintien du moral du proche et du respect de protocoles mis en place pouvant aller jusqu’à l’épuisement, à l’oubli de soi …

 

Le 4 février 2020 nous ne savions pas encore ce qui nous attendait !

Cette année de crise sanitaire a alourdit considérablement la charge mentale des aidants comme des aidés atteints de cancers.

Aidés encore plus vulnérables, Aidants culpabilisant par peur de contaminer, quotidien médical bouleversé, interventions retardées, traitements décalés, gestion administrative au ralenti … Nous pensons à vous !

Nous espérons des avancées significatives au travers des protocoles de recherche mais aussi des solutions législatives, et administratives pour que les aidants se sentent reconnus pour le rôle clé qu’ils tiennent pour soutenir le mieux possible leurs proches, et préserver leur famille.

 

Rédaction : Julie Costantini, responsable de la communication

 

X