Déléguez !

4 avril 2021

Des clés pour aider les aidants : Clé N° 5 aidants Déléguez !

Déléguer quand on est aidant n’est pas chose simple !

Être aidant c’est un engagement sans limite, 7 jours sur 7, une charge mentale omniprésente et la fatigue physique qui en découle.

L’aidant tant il est impliqué peut aller jusqu’à négliger sa propre santé, et tomber à son tour malade.

Ce risque n’est pas à prendre, et il faut absolument éviter que l’aidant ne s’oublie. Néanmoins accepter de se faire aider et choisir les bons soutiens ne sont pas des choses simples quand on est aidant.

 

De nombreux aidants familiaux pourront en témoigner il n’est ni facile ni naturel de déléguer…Mais que se passe-t-il dans la tête d’un aidant ?

 

Déléguer c’est admettre que l’on a besoin d’aide, accepter que l’on ait des limites, admettre sa propre faiblesse, accepter que l’on ait failli …

Mais vouloir tout gérer soi-même sans aide extérieure et penser que l’on va y arriver est illusoire et irrationnel.

Ce comportement risque surtout d’entraîner à terme une véritable mise en danger pour l’aidant et l’aidé.

L’aidant doit se raisonner et procéder pas à pas, étape par étape : reconnaître que l’aide est nécessaire sans attendre que les limites soient atteintes, accepter d’y recourir, puis trouver la bonne solution, consulter les organismes, souscrire et enfin mettre en place l’aide la plus adaptée …

Quand on est aidant et que l’on accuse l’annonce du diagnostic de son proche, la prise de recul est très difficile à prendre ; l’émotion submerge.

Tout endosser peut parfois sembler bien plus simple que de déléguer.

En refusant de se faire aider, en refusant de déléguer, l’aidant ne voit pas la charge qu’il endosse, malheureusement et insidieusement les angoisses et la fatigue vont dérégler son équilibre physiologique jour après jour, conduisant l’aidant jusqu’à un épuisement destructeur et toxique.

L’aidé peut percevoir avec lucidité et la clairvoyance cet épuisement chez l’aidant, ce qui entraînera chez lui un sentiment de culpabilité qui faussera la relation entre lui et son proche aidant.

En tant qu’aidant, il faut savoir DELEGUER, se faire aider est vital, c’est une marque de responsabilité !

L’aidant peut se faire conseiller par son entourage, par des associations, ou une assistante sociale. De nombreux organismes existent et des solutions de financement sont possibles en fonction de la pathologie du proche, et de son niveau d’autonomie pour mettre en place une aide adaptée :  aide matérielle, aide pour des soins, la toilette, les repas, le ménage, les courses, aide médicale ou paramédicale, aide et soutien psychologique …

Savoir déléguer est clé.

Un aidant ne peut pas tout faire, ou tout bien faire, et il doit surtout se préserver pour préserver son proche. C’est compliqué de trouver tous les jours, l’énergie, l’enthousiasme, l’écoute, la force d’accompagner et de soutenir, en déléguant, en acceptant de se faire seconder, l’aidant protège son proche, et préserve la relation aidant – aidé.

Renseignez-vous, aidants déléguez !

 

Rédaction : Julie Costantini, responsable de la communication

X