Le baluchonnage comme le relayage, sont des solutions pour donner du répit aux aidants

7 juillet 2020

Le baluchonnage comme le relayage, sont des solutions pour donner du répit aux aidants

Vous ne pouvez pas aider quelqu’un si vous n’êtes pas en forme vous-même.

Nous le savons tous ! Quand on est aidant on se le dit tous les jours… Et pourtant, c’est l’engrenage, et sans s’en rendre compte on finit par s’oublier soi-même.

Nous pouvons craindre aussi en tant qu’aidant de laisser notre place auprès du proche aidé, de peur que ce soit interprété comme un abandon, de l’égoïsme, ou parce que l’on est persuadé que nous sommes les seuls à savoir comment faire, les seuls à savoir bien faire…

Pour son équilibre physique et mental, savoir demander de l’aide, ne pas rester isolé et savoir passer le relais sont des nécessités !

Il existe des solutions pour pouvoir prendre un temps de répit.

Connaissez-vous le Baluchonnage ou le relayage ?

Marie Gendron crée le baluchonnage au Québec en 1999 ; Elle est alors infirmière et chercheuse en gérontologie.

Comment cela fonctionne ?

Un proche aidant d’une personne dépendante est remplacé par un relayeur lui permettant de prendre un peu de repos ou du temps pour des activités personnelles. Il s’agit d’un professionnel – auxiliaire de vie, aide à domicile, aide-soignant, etc.- formés dans l’accompagnement des personnes en perte d’autonomie.Il pourra alors se substituer à l’aidant quelques temps. La durée de présence d’un relayeur peut varier de quelques heures à quelques jours.

Toutes les tâches initialement faites par l’aidant de la préparation des repas à la toilette en passant par l’accompagnement de la personne dans ses déplacements ou encore le ménage, seront alors assurées par le relayeur.

Savoir déléguer est clé, cela peut permettre au proche aidant de reprendre un peu de souffle et de recul pour continuer d’accompagner le proche aidé.

En France cette pratique est encore peu répandue car les contraintes liées aux conditions de travail et de repos définies par le code du travail sont contraignantes ; Il est interdit entre autres de faire travailler un employé plus de 13 heures d’affilée. Toutefois la loi « Pour un État au service d’une société de confiance » (dite loi ASV), votée en août 2018, a introduit dans son article 29 une expérimentation sur trois ans qui permet de déroger au droit du travail pour encourager cette pratique.

Mobilisons nous pour les aidants !

Pour en savoir plus sur cette pratique contactez nous sur contact@lacompagniedesaidants.org

Pour trouver un service près de chez vous, rendez-vous sur le site Baluchon France https://baluchonfrance.com/

#plaidoyer pour le répit

 

Rédaction : Julie Costantini, responsable communication à la Compagnie des Aidants