Témoignage de Valérie aidante consternée

5 mai 2020

À la Compagnie des Aidants, pendant cette crise sanitaire, et au-delà, nous avons décidé de recueillir et de publier  les témoignages du quotidien contraint et éprouvant de nombreux aidants.

Nous souhaitons revenir sur le témoignage de Valérie, alors même que le sujet des masques a rythmé l’actualité depuis le 16 mars, la réalité de cette pénurie a pu avoir pour certains des conséquences dramatiques ; Elle révèle les failles d’un système qui complexifie et alourdie inutilement la charge qui pèse déjà sur les aidants.

Combien d’aidants ont d’ailleurs préféré baisser les bras en se heurtant à ces arcanes  ?!

 

Valérie est à bout. Confinée depuis le 16 Mars avec son fils, elle a dû aussi, comme d’autres, se retrouver à héberger sa mère, poly handicapée, et ce sans relais ni soutien des auxiliaires de vie qui assuraient le suivi des soins jusqu’alors, faute de masques.

Et c’est là qu’a commencé le parcours du combattant pour Valérie ! Tenter de récupérer quelques masques, cette denrée si précieuse de cette crise sanitaire, afin qu’elle puisse améliorer le quotidien de sa mère.

Qui contacter ? Valérie s’est épuisée auprès de la Médecine du travail, des pharmacies, des médecins, le sien, et celui de sa mère, mais au début, même munie d’une ordonnance les pharmacies refusaient de délivrer des masques aux particuliers.

Ceux qui sont aidant ou qui l’ont été, savent l’énergie qu’il faut déployer !

On tente, on prend un mur, on retente, on se convainc …

Valérie a continué ; Elle a contacté le Ministère de la Santé, la Direction Générale, par téléphone, par mail, et via les formulaires de contact …Le Département, la Région, le Syndicat des Pharmaciens …

« Et puis le 7 avril une lueur d’espoir » nous dit Valérie, car le gouvernement décide de prendre enfin en compte les auxiliaires de vie et les accueillants familiaux ! Un espoir de courte durée car la Croix Rouge sectorielle dont elle dépend bottera en touche ! On vous passera les détails des attestations nécessaires à remplir en partie par l’employeur et en partie par les auxiliaires de vie non informatisées, une Poste en service réduit.

Miracle ! Au bout de plus de 3 semaines de batailles une des auxiliaires de vie disposera enfin de cette fameuse attestation pour obtenir 3 masques, alors même qu’elle aurait pu en obtenir 9 mais personne ne semble être au courant de cet ajustement.

Rien n’a été épargné à Valérie, car en tant qu’accueillant elle aurait pu disposer d’un statut mais la procédure temporaire enclenchée le 16 mars n’ouvrait pas pour autant de numéro d’agrément et sans ce numéro pas de reconnaissance et pas de droits.

La plupart des interlocuteurs qu’elle a pu avoir l’ont tous renvoyé vers les fameux « formulaires de contacts » ;

Elle en a rempli des formulaires, Valérie, pendant ce confinement, et on est en droit de se demander ce qu’ils deviennent et à quelles situations dramatiques ils se réfèrent, car ils n’enclenchent pour la plupart qu’une réponse automatique, impersonnelle et presque dénigrante.

Comble de l’ironie, quand Valérie trouve enfin un créneau le 23 avril pour gérer la déclaration des heures non faites sur le site du CESU du mois de Mars, en tant que particulier employeur, pour le compte de sa mère (C’est vrai c’est tard mais on peut comprendre qu’elle n’ait pas eu le temps de le faire avant) et bien le sort continue de s’acharner.

« Je clique sur le lien prévu pour accéder au formulaire de Mars …. Et là rien, le formulaire n’est plus accessible ! J’appelle le CESU, et l’on me dit ’’mais si Madame il y est, vous avez le lien !’’ L’interlocutrice CESU le fait avec moi, et (elle ne le savait même pas) effectivement il a été retiré. »

« C’est surement parce que le prochain sera en ligne prochainement pour avril ! »

« Mais ça me fait une belle jambe ! » dit Valérie.

Valérie est simplement à bout, elle craque, elle pleure et demande comment procéder …

On lui répond : « Il faut remplir un formulaire de contact ! »

 

Valérie, consternée, nous confie « Est-ce cela soutenir les aidants familiaux ? Aider les particuliers employeurs ?

Nous ne sommes pas des structures avec plusieurs employés comme dans un Ehpad, nous sommes des particuliers ! Nous nous sentons abandonnés et nous nous débattons comme nous pouvons ».

 

Il y aura eu de nombreux dysfonctionnements pendant cette crise sanitaire, et tout n’est pas encore visible. Malgré le déconfinement, le problème des masques reste présent.  Nous n’étions pas préparés à de telles échéances. Mais nous espérons vivement au sein de la Compagnie des Aidants que les jours d’après déboucheront sur des chantiers d’amélioration et à une meilleure reconnaissance et prise en compte des aidants familiaux.

 

Soutenons-les, aidons les aidants, #tous aidants

Vous pouvez aussi nous envoyer votre témoignage à l’adresse contact@lacompagniedesaidants.org

 

Rédaction : Julie Costantini, bénévole de la Compagnie des Aidants